La limace tigrée ( Limax maximus, Carl Von Linné 1758 )

image

La limace tigrée ou limace léopard est une espèce que l’on trouve assez rarement dans nos jardins. On la verra sortir après de fortes pluies ou lors de périodes humides et surtout la nuit.

image

On la retrouvera surtout en Europe centrale et en milieu tempéré ( tel que la Belgique ou le Luxembourg ) dans les forêts et les jardins.
Dans nos régions cette limace est une nouvelle venue .

image

Elle vit souvent à proximité des cours d’eau, des forêts humides, des jardins et dans les parcs.

image

Cette limace est omnivore et est, contrairement à la limace brune, très surprenante au jardin.
En effet, elle est en grande majorité détritivore et se nourrira surtout des déchets du compost, des feuilles mortes, de champignons et parfois de bois en décomposition.
Elle se comportera en prédateur en mangeant aussi d’autres limaces tels que la limace brune ( Arion rufus, beaucoup plus courante au jardin) qui elle, trouve meilleure une laitue toute verte, toute fraîche, que du bois en putréfaction.

image

La limace léopard est hermaphrodite ( un individu possède les organes génitaux des deux sexes ) comme beaucoup de gastéropodes.
Pour se reproduire, les deux partenaires se hissent en haut d’un arbuste, d’un arbre ou d’une construction.
Ils s’entortillent l’un sur l’autre, se laissent pendre à l’aide d’un fil de mucus et commencent à sortir leurs organes génitaux.

image

La maturité sexuelle d’un individu est atteinte à un an et demi.
Sur une durée de vie d’environ 3 ans, il n’y aura seulement que deux accouplements et par conséquent deux pontes.
La première a lieu en Juin-Juillet et la deuxième vers Juillet-Août l’année qui suit.
Chaque ponte contiendra approximativement une centaine d’œufs.

image

Afin de se protéger des conditions hivernales rigoureuses et des fortes gelées, à la fin de l’automne, la limace léopard va s’enterrer dans le sol pour rentrer en hibernation et ainsi se protéger des températures trop basses, en mode de vie ralentie.
Celle-ci sortira de dormance vers Février/Mars, et ainsi, parfois, à cause des gelées tardives, les premières à se réveiller seront les premières à s’endormir pour de bon cette fois-ci.

image

image

Utilités de la limace au jardin

Jusqu’à présent nous avons parlé de l’utilité de notre fameuse limace tigrée au jardin mais qu’en est-t-il des autres limaces?

Effectivement, la limace la plus répandue chez nous, Arion Rufus ( la limace brune ), est l’ennemie du jardinier, surtout pour l’amateur de plantes potagères, de hostas, de delphiniums et beaucoup d’autres… ^^

Néanmoins, même la pire de toutes possède des qualités cachées ( vraiment bien cachées ) auxquelles on ne pense généralement pas :

– Beaucoup s’alimentent de déchets organiques participant ainsi à la décomposition naturelle de notre compost.

– La digestion d’une limace permettrait à ses prédateurs d’éliminer une partie des toxines et autres déchets se trouvant dans leur organisme.

– Le mucus de limace, plus communément appelé  » bave  » , aiderait à la formation de l’humus.

– Sa présence attirera des prédateurs comme le lampyre ou le carabe dans notre jardin, qui ainsi permettront de réguler la population naturellement. En effet, sans proie, il n’y a pas de prédateur.

Et oui, en fait elle joue un rôle très important dans la biodiversité et l’écosystème de nos jardin, ainsi, on remarquera qu’il est souvent mieux de laisser faire la nature afin de favoriser l’équilibre naturel et donc, de faire venir ses prédateurs naturels.

Élevage en tant que NAC

Dans beaucoup de pays, la limace léopard est un NAC ( Nouvel Animal de Compagnie ) au même titre qu’une couleuvre, un lézard ou une mygale.

Il y a même la possibilité d’en faire une collection avec toutes les sous-espèces et coloris existants.

image

Sources :

– Wikipédia
– NBcorp.be
– Molluscs of central Europe
– Catalogue of life
– Escargots et limaces d’Europe

Les commentaires sont fermés.